Rechercher
  • Bertrand RANZA

Le naufrage d'une piscine olympique

Mis à jour : 16 déc. 2019

Magnifique piscine olympique, esseulée au bord d'une départementale à 1060 m d'altitude dans un cadre naturel, qui exhibe sa proue défaite et vaincue par les lois de la rentabilité et qui, aujourd'hui, agonise en osant espérer une fin plus auguste.

Cette piscine a manifestement connu des jours meilleurs. Son équipement en bassins est extraordinaire : bassin de 50 mètres dédié à la compétition, piscine intérieure chauffée, fosse à plongeons, gradins pour les familles et un public de connaisseurs...

Récupérée par la nature, métamorphosée en mare artificielle, elle est désormais le territoire de chasse des hérons cendrés. De ces fosses nauséabondes, je m'attends presque à voir surgir des profondeurs opaques un monstre digne d'une bande dessinée fantastique.

Dans le bassin intérieur, parmi les vestiges d'objets nautiques qui jonchent le sol, se morfondent des squelettes d'oiseaux, de batraciens et de chauves-souris pris au piège.

Aucun bruit, pas un cri.

L'endroit est dégradé mais apaisant. Il me prend même l'envie de m'asseoir sur un gradin en béton rongé par le temps et d'attendre, je ne sais quoi, car rien ne peut plus arriver, ni coups de sifflet, ni clameurs... Les équipements sont figés et se décomposent inexorablement. Cependant, il m'est facile d'imaginer encore la vie trépidante et l'atmosphère sportive et conviviale qui animaient autrefois cette piscine d'altitude.

Pourquoi cette idée saugrenue d'une piscine olympique si loin de tout et si haut ? Fût-ce l'idée d'un politique mégalo local ? Y-a-t-il eu lucidité ou seulement ambition électorale au point de créer un énième Titanic ?

En tout cas, cette infrastructure aquatique fait figure de vitrine et éloigne le positionnement écologique que recherche le département qui se gargarise d'être un « territoire d’excellence environnementale » !

Quel dommage et quel gâchis !



37 vues