Né en France dans le Doubs en 1961,

 

C'est en 2013 que le déclic se fait lors d'une visite d'un site abandonné. Une vraie découverte. Cette expérience décalée sera révélatrice d'une prise de conscience de l’existence d'une réalité oubliée qui se meurt dans une indifférence sociétale. Regarder autrement pour photographier ce qui ne se voit pas ou ce qu'on ne veut pas voir seront ses objectifs artistiques. Avec ses Nikon D300S et D500, il parcourt les friches là ou des activités humaines se sont développées pour disparaître quelques décennies plus tard.

Il s'interdit de modifier le sujet. Les photos sont prises sans flash, en poses longues, à la recherche d'une lumière pleine d'histoire, ou bien à bout portant comme pour saisir un instant furtif.

C'est l'ambiance, l'atmosphère qui devient le sujet. Les bâtis sont les décors d'histoires humaines qui se décomposent pour disparaître à jamais sans bruit, sans honneurs. La photographie est là pour regarder, révéler et partager. 

Un 60 mm et un zoom 11-16 sont les objectifs choisis pour à la fois situer ce décor et porter l’œil vers des détails saugrenus et révélateurs d'émotions passées. Faire revivre, se projeter vers un retour dans le passé tels sont ses objectifs du photographe autodidacte.

Né en France dans le Doubs en 1961,

 

C'est en 2013 que le déclic se fit, lors d'une expédition urbex sur un site abandonné. Une vraie découverte. Cette expérience choc et décalée sera révélatrice d'une prise de conscience de l’existence d'une réalité oubliée qui se meurt dans une indifférence sociétale.

Regarder autrement pour photographier ce qui ne se voit pas ou ce qu'on ne veut pas voir seront ses objectifs artistiques. Avec ses Nikon D300S et D500, il parcourt les friches là où des activités humaines se sont développées pour disparaître quelques décennies plus tard.

Il s'interdit de modifier le sujet. Les photos sont prises sans flash, en poses longues, à la recherche d'une lumière pleine d'histoires, ou bien à bout portant comme pour saisir un instant furtif.

Les bâtis sont comme des scènes où se décomposent des histoires humaines pour disparaître à jamais sans bruit et sans honneurs. Le photographe est là pour regarder, révéler et partager. 

Un 60 mm et un zoom 11-16 sont les objectifs choisis pour situer le cadre et porter l’œil vers des détails saugrenus et révélateurs d'émotions passées. Faire revivre, se projeter vers un retour dans le passé telles sont ses ambitions.